Croisée des Flumes.

Un forum français consacré à Bobby Pendragon.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Pommes d'Eden.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fazz
Admin sadique.
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Territoire : Veelox.
Personnage favori : Saint-Dane (qui a dit sadique ?).
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Les Pommes d'Eden.   Mer 23 Juil - 15:55

Prélude.

Patrick Nihmull était fier de sa dernière trouvaille. Botaniste retraité de 65 ans, il continuait pourtant à exercer son métier avec beaucoup d'amour et de persévérance. Il avait découvert de nombreuses espèces de plantes exotiques, crée de nombreux engrais extraordinaires mais ce qu'il adorait par dessus tout étaient les pommiers.

Depuis qu'il s'était découvert cette passion, il avait toujours souhaité inventer une pomme unique, délicieuse, sucrée et croquante. Il n'avait jamais réussi, mais n'avait pas renoncé. Mais ses efforts avaient porté leurs fruits et, après avoir planté sa dernière graine modifiée, il put se rendre compte qu'une tige avait commencé à sortir, puis à grossir. Des branches et des feuilles poussèrent et enfin, cinq ans plus tard, des bourgeons s'ouvrirent et les fleurs annoncèrent les pommes tant attendues.

Un jour que les fruits furent assez gros, il en cueillit un. C'est alors qu'il se posa la question de la comestibilité. Il était vrai qu'il avait utilisé beaucoup de produits pour réussir à créer la plante si désirée. Mais leur utilisation était devenue de plus en plus fréquente. Partout dans le monde, pesticides et divers liquides dits protecteurs étaient de plus en plus répandus. Plus aucun champ n'était complètement "biologique", car tout le monde cédait à la simplicité. Chassant l'idée de son esprit, le biologiste croqua à pleines dents dans son oeuvre. Il ferma les yeux. Le jus coulait comme dans une pêche et avait un goût exotique. La peau était fine et croquante, acidulée mais chaude comme un carrelage exposé au soleil un jour d'été. La pomme sentait le Printemps et le bon vieux temps, celui que les anciens regrettaient et regretteront toujours avec une nostalgie propre à eux. C'était enivrant et paradisiaque.

Il les baptisa Pommes d'Eden.

Le soir même, il n'arriva pas à trouver le sommeil. Il avait besoin de goûter à nouveau à sa pomme, de se délecter de son jus sucré et de sa chair moelleuse. Il se leva donc et sortit dans son verger pour en cueillir une autre. Il s'en empara avec avidité et croqua à pleines dents. Il profita à nouveau du goût exquis du fruit et se recoucha. La nuit passa.

Le lendemain, Patrick Nihmull n'alla pas manger une de ses pommes. Il ne se leva même pas. Patrick Nihmull n'était plus.

C'est ainsi que commence l'histoire.

Les Pommes d'Eden.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://croiseedesflumes.fr-bb.com
Fazz
Admin sadique.
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Territoire : Veelox.
Personnage favori : Saint-Dane (qui a dit sadique ?).
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Les Pommes d'Eden.   Mer 23 Juil - 15:55

Chapitre 1.

Aujourd’hui, j’ai mangé une pomme. Aussi commun que cela puisse paraître, c’est par cette phrase que je débuterai mon journal. Seulement, il ne s’agit pas de n’importe quelle pomme, mais du fruit maudit, crée il y a des siècles par un fou. On racontait l’histoire de ce monstre de Patrick Nihmull aux enfants. De nos jours, plus personne ne la raconte ou s’en soucie.

Sauf moi.

Mais tout d’abord : qui suis-je, cher journal ? Etant déjà mort, je peux parler de moi à l’imparfait. Mon nom était Eric Mallack. Voici mes mémoires. Je vais vous explique en détail l’histoire des Pommes d’Eden. Après avoir été inventées par le botaniste Nihmull et croquées deux fois, il décéda. Ce n’est que sa servante qui le retrouva mort au lit le lendemain, un trognon de pomme à la main. La bonne, intriguée, fit examiner le pommier par des spécialistes. Trouvant le goût excellent, ils achetèrent l’arbre pour une bouchée de pain à la pauvre femme.

Les fruits furent propulsés à travers le monde entier. Mais les scientifiques s’inquiétaient. Le nombre de morts croissait, partout sur Terre, avec des chiffres étrangement reliés avec le nombre en millions de pommes vendues. On fit des tests qui nous mena tous à cette conclusion incroyable : la Pomme d’Eden ne pouvait être mangée deux fois. Aussi impossible que cela puisse paraître, il semblait que l’origine du problème vienne des produits chimiques contenus dans le fruit. Pourquoi ? De nos jours, toute notre alimentation est traitée ! Cette pomme fit des polémiques. Fallait il en parler ? Ils décidèrent que oui, mais ils ne précisèrent pas où. L’explication fut écrite en plein milieu d’un livre passablement ennuyeux dans une bibliothèque d’archives. Un simple message d’alerte fut passé à la TVision, sans d’autres indications que de ne pas manger deux fois la pomme d’Eden. C’était tout.

Les gens écoutèrent. Ou du moins, ils tentèrent. Ils écoutaient toujours la TVision. Mais rapidement, les autres pommes disparurent. Les gens étaient sérieux et ne consommaient qu’une seule pomme. Ils étaient généralement vieux. Mais un jour, un homme nommé Phil Clarog franchit le pas. Il en mangea une deuxième. Les célibataires, les suicidaires, les veufs et les personnes âgées suivirent. Le chiffre d’affaire grimpa à une vitesse vertigineuse. Les ventes n’avaient jamais aussi bien marchées. Les primeurs déposèrent des affiches à chaque coin de rue.

Un cercle vicieux qui ne se terminerait jamais avait débuté.

J’avais mangé ma première Pomme d’Eden à 22 ans. Cette année là, nous étions tous influençables. Un ami organisait alors une Eden Party. Il s’agissait d’une soirée plus ou moins légale où l’on devait goûter sa première pomme. J’ai fait ça pour impressionner les filles, probablement. J’ai goûté au paradis, au plaisir pur. J’ai ensuite vécu dans l’angoisse, jusqu’à ce que je craque, ce matin. Ce jour sera mon dernier. Pour un fruit.

Aujourd’hui, j’ai mangé une pomme. Ce sera ma dernière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://croiseedesflumes.fr-bb.com
Fazz
Admin sadique.
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Territoire : Veelox.
Personnage favori : Saint-Dane (qui a dit sadique ?).
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Les Pommes d'Eden.   Mer 23 Juil - 15:56

Chapitre 2.

Remontons un mois auparavant.

Mon ami, Eddie Brocka, m’avait alors invité à un bal masqué qu’il organisait. Il adorait les anciens us et coutumes et les vieux objets qu’il trouvait chargés d’une certaine magie. C’est pourquoi il nous obligeait régulièrement à venir à des bals masqués, des salons et autres occupations anciennes et ennuyeuses. Eddie était toujours joyeux et immensément riche. Il avait du poids, certes, mais était très grand, ce qui dissimulait son surplus de graisse aisément.

Vous remarquerez que je parle de lui au passé.

Le soir, lors du dîner, la cuisinière avait préparé un assortiment sucré/salé qui avait l’air ma foi, fort appétissant. Je n’en mangeais pas. A vrai dire, je ne mangeais plus grand-chose, sauf quelques repas en poudre très indigestes. Je ne trouvais plus rien bon après en avoir goûté au Paradis. Ou à l'Enfer ? Mais ce soir, cela m’avait sauvé.

Les personnes aisées se reconnaissaient généralement par ce point commun : elles en avaient déjà croqué. La cuisinière le savait apparemment. Le lendemain, mon ami et ses hôtes étaient retrouvés morts. Il y aurait eu des morceaux de pomme d’Eden retrouvés dans les restes du repas de la veille. Je n’ai jamais pu demander à la cuisinière d’où ils venaient, car elle avait bien entendu disparu. De toutes manière, les extraits de ces pommes étaient entrés dans la composition de multiples plats depuis longtemps.

Les crimes à la Pomme étaient, de toutes façons, banals.

C’était d’ailleurs le seul point positif du fruit : les armes furent remplacées progressivement par des pommes. Ecologique, non ? A chaque ouverture de compte en banque et abonnement, on offrait une pomme d’Eden. Même le tableau de l’antique peintre Magritte, Ceci n’est pas une pipe avait été repeint et remplacé par Ceci n’est pas une pomme et avait servi de publicité au fruit maudit. Bien entendu, la plupart des gens ne connaissant pas le tableau original, l’idée fut qualifiée de géniale et le tableau original fut brûlé. Même l’expression la grosse Pomme qui devait désigner New York fut remplacée par la grosse pomme d’Eden.

La face du monde était changée à cause du fruit diabolique.

De nombreux livres les critiquant furent interdis à la publication. Chaque semaine, un débat avait lieu sur le sujet mais à chaque fois la pomme ressortait vainqueur. Elle était devenue notre quotidien. De nombreuses personnes finirent folles et s’enfermèrent pour éviter les marchands qui promouvaient « leur portion de Paradis ».

De tous mes amis, j’étais pourtant le seul qui en parlait. En discuter était interdit en groupe. Je m’accrochais dans l’espoir de trouver des preuves qui montreraient que le monde avait basculé. Mais personne ne s’en rendait compte. Quand vous mettez une grenouille dans l’eau froide que vous chaufferez peu à peu, la grenouille ne s’en rendra pas compte, car le danger est progressif. C’est exactement ce qu’il se passait, mais à des proportions nettement plus colossales. Je pensais être le seul à m’en soucier.

Oh, comme je me trompais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://croiseedesflumes.fr-bb.com
Fazz
Admin sadique.
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Territoire : Veelox.
Personnage favori : Saint-Dane (qui a dit sadique ?).
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Les Pommes d'Eden.   Mer 23 Juil - 15:56

Chapitre 3.

J’étais chauffeur de taxi à Paris. Rien de palpitant à vrai dire. Jusqu’au jour où je rencontrais une jeune femme qui s’assit à l’avant et, avant que je puisse réagir, me plaqua la main sur la bouche et un revolver sur les côtes.

C’était devenu subitement plus intéressant.

Je dus conduire la demoiselle dans une petite ruelle ancienne. Elle me força à la suivre. Elle tira une balle dans chaque pneu, puis une dans le pare-brise. J’étais officiellement viré. Elle s’appelait Emma Supple. C’était une femme aux cheveux noirs et raides qui se finissaient en queue de cheval. Derrière ses verres teintés, je distinguais des yeux d’un bleu profond. Elle était très fine, mais athlétique. Elle possédait une poigne d’homme et semblait jeune.

Mais le plus étonnant, c’est qu’elle me connaissait.

A vrai dire, j’avais l’impression qu’elle ne cherchait pas à se rendre dans ce lieu mais à m’y rendre. Mais quel était ce lieu ? Je dus marcher encore quelques mètres pour le savoir. C’était une bibliothèque. Elle était gigantesque et devait possédait des millions d’ouvrages. Elle s’étendait sur trois étages, mais de dehors, l’édifice semblait minuscule. Je me suis rendu compte peu après que des dizaines de personnes me regardaient. Je m’approchai d’un des livres. C’est là que je me rendis compte de la véritable nature de ce lieu.

Elle était exclusivement remplie de livres interdits.

Tous les étalages, tous les rayons, le moindre livre critiquait les Pommes d’Eden. Tous ces ouvrages étaient censés être détruits, mais ils étaient pourtant là, devant nos yeux. Des personnes étaient assises dans des sofas, passionnés par des titres comme Pomme d’Eden : et la fin du monde débuta ou Produits chimiques : devrions nous commencer à nous en inquiéter ?. C’était très gênant de penser que les personnes présentes pouvaient trouver cela normal.

Emma m’expliqua que des connaissances communes me décrirent comme un jeune garçon motivé et révolté contre le fruit diabolique. A vrai dire, je ne me serais pas présenté comme ça, mais ça me convenait. Je reconnus au loin les fameuses connaissances : des amis avec qui j’avais passé de nombreuses et agréables soirées. Je n’aurais jamais pu m’imaginer qu’ils faisaient partie d’une telle association.

La femme, qui avait l’air d’être la meneuse, me laissa choisir un livre. Je fus pris de remords. Devais-je lire un livre interdit ? De toutes façons, il était trop tard pour faire demi-tour. Je choisis un petit livre qui parlait du monde avant la création des Pommes d’Eden. Ce monde là semblait être un roman et non un documentaire, tellement sa description était exagérément paradisiaque. Il y avait des agriculteurs patients et paisibles qui faisaient pousser des champs de blés sans autre aide que celle du temps, du soleil et de l’eau. Les gens pouvaient manger sans crainte ce qu’ils souhaitaient et avaient le choix de manger équilibré. Je fermais le livre. C’était trop à la fois.

Emma revint me chercher. Elle me proposa de venir ici pour apprendre et participer à notre libération. Avais-je le choix ?

Je faisais dès à présent partie de l’équipe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://croiseedesflumes.fr-bb.com
Fazz
Admin sadique.
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Territoire : Veelox.
Personnage favori : Saint-Dane (qui a dit sadique ?).
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Les Pommes d'Eden.   Mer 23 Juil - 15:57

Chapitre 4.

Tous les matins, j’allais donc à la bibliothèque. D’après Emma, le savoir c’est la force. J’ai dû lire une cinquantaine de livres en deux semaines. J’ai beaucoup appris sur les Pommes et pourquoi elles tuaient. Il fallait faire disparaître les produits chimiques de l’agriculture. C’était grotesque d’y penser. Comment changer un système vieux de plusieurs siècles ?

Apparemment, ils savaient.

J’ai dû me rendre à l’évidence moi aussi. Il fallait se jeter dans les Pommes. Aller de cargaison en cargaison et tout voler. Violer la loi première : ne pas détruire le fruit sacré. C’était comme si l’on vous demandait de tirer avec une mitraillette sur le Père Noël. Pourtant, il fallait le faire. Nous devions disloquer l’économie du pays. Nous devions détruire ce monde pour en recréer un meilleur. Ca semblait dingue.

Non, en fait, ça l’était.

Nous savions où attaquer. Une semaine plus tard, un camion de livraison contenant des millions de pommes devait s’arrêter devant les décombres de la Tour Eiffel. Nous devions nous en débarrasser. Mais cela impliquait il aussi le conducteur ? Nous discutâmes des détails du plan. C’est alors que je me rendis compte que personne ne me cherchait. J’étais pourtant sûr que mes supérieurs avaient retrouvés mon taxi en miettes. Mais cependant, personne ne s’était inquiété de mon absence. Ils me croyaient mort.

La mort était devenue le pain quotidien.

Nous apprîmes l’existence d’une nouvelle secte religieuse qui pratiquait ce qu’ils appelaient le culte de la Pomme. Ils avaient déjà converti des centaines de personnes à une vie de dépendance, dont le Président. Nous voyions en eux de ennemis redoutables. Emma était inquiète. Un jour de pluie, lorsque la bibliothèque était presque vide, elle me regarda droit dans les yeux et me partagea toutes ses craintes. Je compatis. A vrai dire, je ne ressentais pas cette crainte. En si bonne compagnie, rien ne pouvait me perturber. Ces gens m’avaient montré comment sortir de ce cauchemar. Ils m’avaient sorti de l’enfer.

Je n’ai jamais connu mes parents.

J’ai besoin de l’écrire. Je n’ai jamais eu droit au baiser d’une mère et à la complicité d’un père. Jamais. J’ai vécu dans un orphelinat, enfant. Pour moi, mes seuls parents, c’était eux maintenant. Nous étions liés par une passion commune. C’était la Pomme qui nous avait reliés. Pour certains auteurs, la Pomme serait un châtiment. Je le crois. Mais c’était en même temps elle qui nous reliait tous. Emma me serra davantage. Je l’enlaçai. Nous nous regardâmes. Soudain, elle m’embrassa. A moins que ce ne fut moi. Je ne le saurais jamais.

Réunis par le fruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://croiseedesflumes.fr-bb.com
Fazz
Admin sadique.
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Territoire : Veelox.
Personnage favori : Saint-Dane (qui a dit sadique ?).
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Les Pommes d'Eden.   Mer 23 Juil - 15:58

Chapitre 5.

Le jour suivant, je m’attaquais à un livre plus ardu et plus ancien que tous les autres. Il s’agissait de Urgence Planète Terre par Al Gore. Ce nom me disait quelque chose et me dit encore quelque chose aujourd’hui, mais je ne sais toujours pas d’où il me vient. En le feuilletant, j’ai trouvé un passage assez semblable à ce qu’il se passait actuellement. C’était incroyable qu’en des temps si reculés se produise une telle chose. Le passage parlait de la Grande Famine, une crise dure pour les Irlandais.

« La maladie, semble t-il, provenait d’une nouvelle variété de pomme de terre originaire du Pérou. Elle fit son apparition dans le nord-est des Etats-Unis en 1843, et dans les Flandres l’année suivante. L’été 1845, les spores s’étaient répandues dans toute l’Irlande. L’hiver avait été l’un des plus chauds que le pays ait connu. Le printemps fut chaud, lui aussi, avec une température moyenne de 2,5°C plus élevée que la médiane séculaire. L’été, dans son ensemble, se révéla, à une seule exception, le plus chaud du siècle. En outre, on compta soixante-quatre jours de pluie en juillet, août et septembre, dont vingt-quatre pour le seul mois d’août.

La maladie frappa avec une force terrible la plante qui, pour l’Irlande, signifiait la vie. En quelques années, plus d’un million d’Irlandais moururent de faim ou de maladie liées à la malnutrition.

Cultiver sur des vastes étendues une plante unique, au lieu de plusieurs, cela s’appelle la monoculture. Le problème, c’est que cette pratique porte en elle le risque d’une vulnérabilité du végétal en question à une maladie ou à un parasite résistant qui, en un temps très bref, peuvent détruire toute la récolte. Le risque est plus grand encore si une seule variété est utilisée. Les Irlandais en étaient venus à faire confiance à une espèce particulière de pomme de terre qui optimisait les rendements dans les conditions climatiques connues depuis trois cents ans. »

Soudain, Emma me sauta sur les genoux. De peur, je sursautais et faillis déchirer le manuscrit. Elle m’embrassa comme à son habitude et me montra pour la énième fois son plan d’attaque. Elle alla ensuite chercher un livre et s’assit à côté de moi. Je lui lus alors ce passage de mon livre. Nous conclûmes que, sous une autre forme, ce qu’il se passait actuellement était une Grande Famine en plus grave. C’est alors que nous vîmes alors la dernière phrase en en tressaillîmes. Ils avaient déjà tout prévu à l’avance. Qui que soit Al Gore, il avait déjà tout envisagé. C’était génial et terrifiant à la fois. Comment n’avons-nous pas pu prévoir cela, alors que des siècles avant, ils le savaient ? C’était frustrant.

Au lieu de progresser, le futur régressait.

Nous nous excusâmes et partîmes. Chacun chez soi, nous pûmes méditer sur la suite et fin du manuscrit.

« L’histoire de la Grande Famine irlandaise nous apprend le danger des modifications artificielles de nos rapports avec la nature, comme le passage à la monoculture, quand elles ne prennent pas en compte les variations du climat : elles multiplient le degré de vulnérabilité des sociétés. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://croiseedesflumes.fr-bb.com
Fazz
Admin sadique.
avatar

Nombre de messages : 950
Age : 24
Territoire : Veelox.
Personnage favori : Saint-Dane (qui a dit sadique ?).
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Les Pommes d'Eden.   Mer 23 Juil - 15:58

Chapitre 6.

L’Asie Centrale. C’est là où ils iront.

Pas moi.

J’avais parlé du plan précédent, par rapport à la prise du chargement de Pommes à Paris. Cela ne se fera pas. La personne qui devait transporter le chargement a craqué et a englouti autant de Pommes d’Eden qu’il put avant son ultime râle.

Le cauchemar doit cesser. Nous devions assurer un bel avenir à nos successeurs.

Quel qu’en soit le prix.

Pourquoi donc l’Asie Centrale ? En fouillant dans les archives, je trouvai quelques jours auparavant une information précieuse qui m’apparut sous la forme d’une carte du monde ancienne, constellée de petites tâches. Mais à mieux y regarder, ces petits points étaient des localisations, et pas des moindres. Le choc fut énorme pour tout le monde, bien évidemment. Emma était fière de moi. J’avais fait mes preuves.

Seulement, comment partir en Inde ? Il fallait certes rassembler des fonds, mais le problème majeur résidait dans la police. Nous devions donner un justificatif, mais un léger problème s’imposait alors à nous.

Nous étions tous hors-la-loi.

Au cas où ce journal serait lu par un citoyen d’une civilisation future où les méthodes de la police auraient totalement changé (ce dont je doute), je tiens à vous décrire les méthodes actuelles. Sachez qu’en elle-même, la Loi se fiche éperdument des vandales et autres criminels. Nous n’avons absolument pas peur des gendarmes et autres « gardiens de la paix », selon l’expression démodée que j’aime à employer. Malheureusement, la technologie leur a fait un bien mauvais cadeau.

Les Voyeurs.

Des caméras flottantes de la précision d’un satellite, flottant au dessus de la ville. Ici, nous sommes favorisés, mais il en flotte quand même cent cinquante. Ces caméras sont quasi-creuses, ce qui permet d’y loger une arme rétractable. Au moindre groupe suspect, au moindre livre interdit, l’alerte est donnée et, le temps que vous décampiez, vous êtes déjà mort et votre fichier atterrit directement à la police.

Pratique, non ?

Seul le groupe tiré au sort le soir même serait autorisé à aller dans l’endroit le plus incroyable du monde, pour justement éviter de s’attirer les soupçons des Voyeurs. Et, accessoirement, pour réduire le nombre de pertes au cas où tout n’irait pas comme prévu.

Dois-je vous préciser que je n’ai pas été tiré au sort ?

Mais Emma, si. Emma, qui pourrait peut-être sauver le monde des griffes de la Pomme. Emma, qui découvrirait les restes de l’Ancien Monde.

Emma, qui s’aventurerait dans les ruines du plus grand centre de génomes de pommes.

Le Paradis des anciens fruits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://croiseedesflumes.fr-bb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Pommes d'Eden.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Pommes d'Eden.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» MAIGRET DE CANARD AUX POMMES ET MIEL
» Compote de pommes aux amandes
» Aumonieres de Livarot aux pommes
» Patrouille en forêt [PV Aubé + Tarte aux Pommes + Soleil Couchant]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Croisée des Flumes. :: Autres. :: Vos fanfics et fanarts.-
Sauter vers: